Tout ce que vous avez à faire, c'est de décider de partir et le plus dur est fait. - Tony Wheeler
5 étapes
66 commentaires
1
2 semaines de Mandalay au Lac Inle en passant par Bagan et Kalaw
Janvier 2020
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Nous voici arrivés au MYANMAR (BIRMANIE) et plus précisément à Mandalay, une ville importante au coeur du pays, ancienne capitale du royaume...et crée au milieu du XIXème siècle.

un moyen de retenir le nom de ce pays, c'est de boire de la bière ; et comme j'ai peu de mémoire, j'en boirai une autre demain... 

DéCOUVERTE DE LA VILLE ET DU PALAIS ROYAL

Comptant environ 1,3 million d'habitants, Mandalay est... vivante ! Dès le matin, nous entendons des klaxons, de la musique, des vendeurs qui crient... Pas évident de se promener dans la rue car les trottoirs sont occupés par les marchands, les motos et les "restaurants" de rue, mais nous essayons quand même de partir explorer un peu les environs, à la découverte de la ville. Le Tuk-Tuk s'y prête bien. Le charme décrépi des façades nous fait penser à un mélange d'Indonésie et de Zanzibar... Les Birmans sont gentils, adorent les enfants et on sent que le pays ne connaît pas (encore) le tourisme de masse.

On n'avance pas vite mais on ne s'arrête jamais... 

Nous partons visiter l'ancien Palais Royal. Il est situé au coeur de la ville, au milieu d'un carré gigantesque d'environ 2km de côté, entouré d'une muraille et de douves aussi larges qu'un fleuve. Obligés de laisser un passeport à l'entrée, on se demande pourquoi et on espère le récupérer ! Après avoir franchi la première porte, on comprend mieux l'histoire du passeport : le palais est entouré d'une zone militaire et d'une prison, interdite aux visiteurs.

Le palais est une reconstitution à l'identique de l'original suite à un bombardement durant la WW2 

Mandalay Hill

Après avoir visité le palais, nous nous dirigeons vers Mandalay Hill. La colline s'élève à plus de 200 mètres au dessus de la ville. Elle est couvertes de stûpas et de monastères et est un lieu de pèlerinage important pour les bouddhistes.

Les birmans que nous croisons sont intrigués et amusés par Robin et Juliette. Ils demandent gentiment à faire des photos avec eux.

Les temples foisonnent de dorures, miroirs et lumières, les chats s'y baladent au milieu des offrandes. 

La pagode Kuthodaw

Nous terminons la journée par la visite de la pagode de Kuthodaw. 729 stûpas blanches renferment chacune une stèle en marbre gravé, composant un même ouvrage, réputé pour être le plus grand livre au monde. Ce livre, appelé "tipitaka", contient les enseignements du bouddhisme. Les stûpas entourent une pagode dorée impressionnante, datant de 1857.

Une "page" du plus grand livre bouddhiste, quelques unes des stûpas et la grande pagode dorée

Mandalay en images

On a aimé 

  • Le tuk-tuk pour se balader en ville
  • La multitude de pagodes dorées qui parsèment la ville
  • Le repas "offert" par ce couple birman qui cuisinait sur le trottoir, visiblement heureux de nous avoir accueilli.
  • Visiter des temples et monuments sans croiser des hordes de touristes

on a moins aimé

  • Les crachats rouges partout dans la rue (les feuilles de bétel sont chiquées par bon nombre d'hommes)
  • L'anarchie de la circulation en ville et la pollution plastique un peu partout.
2

DE MANDALAY A BAGAN

Un taxi « bétaillère » vient nous chercher à l’hôtel et nous dépose plus loin dans Mandalay. De là, nous attendons notre bus pour rejoindre Bagan. Celui-ci arrive peu après, et nous montons dans un mini bus déjà bien chargé. C’est parti pour 4h théoriques de trajet.

Et oui, théoriques, car à peine sortis de Mandalay sur l'autoroute (attention hein, ce n’est pas l’A10 non plus !) un pick-up que nous nous apprêtons à doubler nous fait littéralement une queue de poisson, pour faire demi-tour sur l’autoroute via le terre plein central (ah oui, j’oubliais… ce n’était pas un endroit autorisé pour faire demi-tour bien sûr… juste un trou dans le parapet central…). Un virage à 90° du chauffeur, un bus qui tangue de tous côtés (ah oui… les amortisseurs…) un léger impact avec le pick-up et un gros impact avec le parapet pour finir en travers du terre plein central, à moitié sur la voie d’en face… Là, tous un peu choqués, nous regardons le chauffeur sortir, traverser les voies, prendre un scooter à un birman endormi sur le bord de la route et… repartir vers Mandalay !!! Bon, ben on patiente alors… tout en se disant que le trajet va être long… très long… Finalement, notre chauffeur revient, baragouine quelques mots à des badauds et nous demande tous de descendre. Allégé, le bus se dégage du parapet sur lequel il est monté et recule pour reprendre la direction de Bagan. A nous de nous débrouiller pour traverser l’autoroute et remonter dedans… Après un trajet parsemé d’arrêts pour récupérer et déposer toutes sortes de colis au gré des villages traversés, nous arrivons à la gare routière de Bagan en fin de journée avec 2 bonnes heures de retard.

A chaque chose, malheur est bon, le retard nous permet d'arriver dans la zone des temples de Bagan à la « golden hour » et dans le taxi qui nous amène de la gare routière à notre auberge de jeunesse, nous sommes déjà émerveillés par les temples qui apparaissent dans la campagne.


BAGAN Jour 1

Après une première nuit dans notre auberge de jeunesse où nous n’avons pas trop dormi, des espagnols ayant décidé que la bière birmane se prêtait bien à une soirée tardive et animée, nous commençons nos trois jours dans ce site exceptionnel.

Bagan, est un vaste site archéologique bouddhique situé sur la rive gauche de l’Irrawaddy. Du IXᵉ siècle au XIIIᵉ siècle, il a été la capitale du royaume de Pagan, le premier empire birman. Bagan, ce sont des milliers de temples répartis sur 50km².

On nous avait conseillé de louer des scooters électriques pour apprécier le site. C’est chose faite. Nous partons explorer les environs. Des temples à gauche, des temples à droite, nous en prenons plein les yeux. Et Robin et Juliette sont ravis de déambuler en scooter. Leurs parents aussi 😀

Les peintures de la voûte du temple Soe min gyi Kyaung datent du XIIème siècle 

En milieu de journée, les températures très chaudes nous poussent à faire une pause à l’auberge de jeunesse. C’est l’occasion d’utiliser la piscine de l’hôtel d’en face, accessible gratuitement. On profite aussi de ce moment pour faire un premier temps de travail scolaire.

On complète le journal de bord quand on peut et où on peut 😀

Nous repartons en scooter aux environs de 16h/17h, la fameuse « Golden Hour » où la luminosité magnifie les temples. L’atmosphère est paisible. Nous terminons par un sunset, classique, mais tellement efficace à Bagan !

BAGAN Jour 2 - MONTGOLFIERE

Aujourd’hui est un jour spécial, nous allons voler en montgolfière au-dessus de BAGAN et ses centaines de temples.


Spécial aussi car c’est également le cadeau que la famille et les amis ont offert à Anne pour ses 40 ans l’été dernier !


Levés à 5h00 du mat’ et pas beaucoup dormi, on est prêt à partir 15min plus tard. Un minibus vient nous chercher au B&B et nous transporte sur l’aire de décollage. Il fait encore nuit et un peu froid, 15°C environ. On est pris en charge par une équipe de Birmans pour un petit dej’ en extérieur, à 50m des 4 montgolfières qui attendent encore endormies sur le sol.

Les T-shirts, c'est juste pour la photo car en vrai... Brrrrrrrrr ! 

Soudain, les birmans s’agitent et démarrent des moteurs de tondeuses pour gonfler d’air les ballons. Après 10 min, et toujours sur le flanc, les brûleurs sont mis en route pour chauffer l’air, la torche de propane est si puissante qu’on ressent la chaleur à plus de 30 mètres. Lentement, elles se redressent et verticalisent leurs paniers. Tracy, notre pilote sud-africaine, 41 ans de métier, nous invite à embarquer à ses côtés et nous donne quelques consignes, dont la plus importante : rester dans le panier !

Sans s’en apercevoir, le ballon flotte déjà à quelques cm du sol, retenu par quelques équipiers… et un tracteur.

Le ciel s’éclaircit et déjà le ballon prend de l’altitude, le silence et la beauté du spectacle sont interrompus régulièrement par le bruit des brûleurs, quelques centimètres au-dessus de nos têtes. Au début, Juliette a peur des grandes flammes, mais rassurée par notre pilote, elle profite quand même de l'expérience.

Nous voilà partis pour une heure de vol au-dessus d’un paysage parmi les plus beaux qu’on n'ait jamais vus. Les fumées de feux de bois ajoutent à l’ambiance magique, les temples défilent lentement, 100 mètres sous nos pieds…

La sensation est apaisante et on profite… au bout de 20 minutes, le soleil sort de l’horizon et fait rougeoyer la plaine et les pointes des temples. Au loin, on voit le fleuve Irrawaddy, surplombé par un monastère qui marque l’endroit d’où, les éléphants de Bouddha ont désigné la plaine de Bagan avec leurs trompes. Ce serait là, l’origine de cette profusion de temples sur quelques kilomètres carrés…

La vie ce n'est pas seulement respirer c'est aussi avoir le souffle coupé

Alfred HITCHKOCK

Clip du survol de Bagan en Ballon (Youtube)
• • •

Après s'est reposés et remis de nos émotions de la montgolfière, nous repartons à la "golden hour" explorer de nouveaux temples. Pour le coucher du soleil, nous avions prévu de monter dans une tour récente construite un peu à l'écart de Bagan en haut de laquelle la vue est, parait-il, superbe sur les temples au "sunset". En chemin, nous croisons un Birman qui nous dit que la tour est surpeuplée de touristes à l'heure du coucher de soleil. Il nous indique un temple à proximité sur lequel il nous fait grimper (on n'aurait pas osé le faire...) et où nous nous retrouvons seuls au monde...

BAGAN Jour 3

Ce matin nous partons voir les temples de Thatbyinyu et de Bu Paya. Le premier est le plus haut monument du site, avec près de 65 m. Construit au début du XIIème siècle, il servit de modèle pour la plupart des "grands temples" suivants.

Le Bu paya, ou "pagode de la Gourde", est un stûpa surplombant les berges de l'Irrawaddy. Il daterait du Xième siècle.

En chemin, nous croisons des birmans et birmanes qui refont des portions de route à la main, pierre par pierre, avec du goudron chauffé dans des barils sur place…

En fin de journée, nous nous arrêtons au temple Dhammayanzika. Nous l’avons survolé hier en montgolfière. Il est identifiable par sa forme pentagonale. Les enfants profitent des jardins environnants pour se défouler à la course. Il est impressionnant, beau, original et vide de touristes ! C’est notre préféré parmi ceux que nous avons vus.

Bagan, c’est un vrai coup de cœur ! Demain direction Kalaw pour poursuivre notre périple au Myanmar.

ON A AIMé

  • (adoré !) La montgolfière
  • La concentration de temples au km²
  • Le scooter électrique

 ON A MOINS AIMé

  • Traverser le parapet central de l'autoroute en minibus…
  • La tourista pour les touristes 😦

 CE QUI NOUS A SURPRIS

  • Les routes refaites à la main
  • Les plats savoureux, mais parfois très très relevés !

BAGAN EN IMAGES

3

...BAGAN Jour 4

Pourquoi ce titre ? On devrait être au milieu de notre trajet de 8h de bus de Bagan à Kalaw à l'heure qu'il est... Oui, mais c'est sans compter sur notre étourderie qui nous a fait acheter des billets partant à 8.30 p.m (20h30), là où nous pensions partir à 8.30 a.m ! :-D Qu'à cela ne tienne, nous prendrons donc un bus de nuit à... 20h30 ! Nous expliquons notre méprise à l'auberge de jeunesse et alors que le check-out est à midi, ils nous laissent gentiment notre chambre jusqu'au départ du bus.

Nous décidons de profiter de cette journée supplémentaire pour aller faire un petit tour à pied dans le centre de Old Bagan. En chemin, nous croisons un arbre avec des nids que nous n'avions jamais vu auparavant (ce serait des nids de tisserins) Nous sommes également intrigués par des abris avec deux jarres fermées contenant de l'eau que nous voyons régulièrement au bord de la route. Il s'agit en fait d'une tradition birmane de partage de l'eau potable. Ces jarres sont remplies par les moines, les commerçants, les voisins... et sert gratuitement aux Birmans.

New Bagan 

Une séance de français pour Robin et Juliette plus tard, nous sommes de nouveau sur nos scooters à naviguer au hasard des temples. Nous en découvrons de nouveaux et sommes une nouvelle fois subjugués par la beauté de ces temples dans la lumière du soir...


• • •

C'est parti pour un trajet en bus de nuit de 8h. Chacun s'installe avec sa liseuse dans des sièges inclinables : grand confort ! Après 2h de sommeil, je suis réveillée par l'impression de traverser des rond-points successifs. En réalité, ce sont les premiers lacets de montagne pour grimper vers Kalaw. La route se transforme en piste et cahotera jusqu'à notre arrivée dans la ville à 1300m d'altitude.

Nous sommes déposés par le bus au milieu de Kalaw à 2h30 du matin. La différence de température nous surprend : il ne doit pas faire plus de 5°C. Un taxi nous amène à la guest house où des birmans à demi endormis nous accueillent avec le sourire. Après un reste de nuit entrecoupé par des combats de chats et des grelottements (pas de chauffage dans la chambre), une nouvelle journée s'offre à nous pour découvrir Kalaw.

Kalaw depuis notre guest house 

Kalaw est le point de départ de nombreux treks. Il est possible notamment, de rejoindre le lac Inle en 3 jours de marche avec un guide. Nous n'en sommes pas encore à ce stade avec nos petits "marcheurs râleurs" 😉 alors nous ferons une boucle d'environ 7 km à travers Kalaw. Nous sommes surpris par le nombre de très beaux jardins potagers devant lesquels nous passons. Nous allons voir le Bamboo Temple puis le Cave Temple niché dans une grotte sous la montagne. Ses galeries sont remplies de centaines de Bouddhas dorés et clignotants. 😀 Nous terminons par un joli petit parc et une barbe à papa "qui fait les dents rose fluo" avant de rentrer se poser à la guest house.

• • •
Bamboo Temple 
Cave temple et ses centaines de Bouddhas 

En fin de journée, nous ressortons sur l'unique rue de Kalaw et et en profitons pour remplir nos journaux de bord : certains écrivent, d'autres saisissent l'ambiance en dessinant...

On regarde défiler des véhicules en tous genres... L'inventivité des Birmans pour bricoler leurs engins à moteur est liée à l'embargo qui a figé leur pays jusqu'en 2011. Aujourd'hui encore, le gouvernement n'autorise que très peu d'importation de voitures, la priorité étant réservée aux véhicules utilitaires et professionnels...

Demain, direction Lac Inle 😀

• • •

CE QU'ON A AIMé

  • Le changement d'atmosphère et l'air pur de la montagne
  • L'originalité un peu kitsch du Cave Temple

CE QU'ON A MOINS AIMé

  • Robin et Juliette : "la marche en plein cagnard"
4

Nyaung Shwe Jour 1

Un court trajet en bus et hop, nous voici arrivés à Nyaung Shwe. Cette petite ville est à côté du Lac Inle situé à 900 m d'altitude. Initialement, nous avions prévu de loger sur le lac, mais on nous a conseillé un petit hôtel tranquille avec des bungalows un peu à l'extérieur : la maison birmane. Un double merci car nous logeons pour 3 nuits dans un cocon de verdure et nous découvrirons qu'être hébergé sur le lac signifie être captif de son hôtel et réveillé à 5h du matin par les moteurs (pétaradants) des premières barques.

Nous passons l’après-midi à découvrir la ville et on en fait assez vite le tour. Un marché animé, quelques guest houses et restaurants et des petites échoppes un peu partout. En chemin nous croisons un français, ici depuis 3 jours. De palabre en palabre sur le bord de la route, on se retrouve à déjeuner ensemble. Il nous conseille le lever de soleil sur le lac. Alors que nous pensions partir tranquillement sur une barque vers 9h, il nous convainc de l’intérêt de partir avant les autres.

Les briques sont montées (lancées !) une à une par les ouvriers pour la construction du nouveau temple 

Lac Inle Jour 2

C’est reparti pour un lever à 5h du mat’. Réveil un peu difficile mais on est motivés. On a remis polaires et blousons car il ne doit pas faire plus de 7 ou 8 °C. Notre capitaine nous attend à l’entrée de l’hôtel et nous guide à pied jusqu’au chenal où nous embarquons dans une pirogue « long tail » dont l’hélice déportée peut être sortie de l’eau pour franchir quelques obstacles ou banc de lotus. Le moteur rudimentaire et bruyant se met en route et nous fait filer dans la nuit noire dans le chenal. Il nous faudra environ 30 min pour croiser un ou deux « vrais » pêcheurs qui remontent leur filet, en équilibre sur un pied, se stabilisant avec une rame tenue par leur seconde jambe !


Un peu plus loin, notre pilote nous stoppe en plein lac, entouré de quelques nuages de lotus pour attendre le lever de soleil. On est frigorifiés mais le jour se lève lentement et éclaire déjà le haut de la montagne située derrière nous. 5 min plus tard les quelques filaments de nuages rosissent. Ça y est, l’aube arrive et les premiers rayons du soleil atteignent la surface de l’eau, juste splendide.

carpes et carpes des roseaux sont pêchées dans le lac

Nous reprenons notre navigation et découvrons à mesure que la clarté se fait, les cabanes posées sur les lotus, qui servent aux ouvriers des fermes, car oui, il y a des plantations sur le lac, mais nous y reviendrons.

Cap au sud, nous bifurquons à tribord pour entrer au ralenti dans un magnifique village sur pilotis. La brume matinale et les rayons rasant offrent un spectacle éblouissant du village de Pauk Pa qui se réveille. Les habitants se brossent les dents ou font leur vaisselle sur leur ponton. Et les enfants partent pour l’école avec leur barque de ramassage. Nous nous sentons privilégiés et émus de vivre ce moment tout en essayant de nous faire tout petits, pour ne pas déranger leur quotidien.

Le village de Pauk Pa 
la barque de ramassage scolaire emmène les enfants à l'école 

On fait quelques arrêts « touristiques » pour découvrir l’artisanat local, et notamment le filage et le tissage de la tige de lotus sur de vieux métiers en bois, hors d’age, mais manipulés par des femmes d’une habileté incroyable. Elles tissent en rythme à une vitesse impressionnante et pourtant, ne produisent que 2 mètres de tissus en 3 journées de 7 heures…

Puis nous empruntons un canal pour nous rendre à la pagode Shwe In Dein. Composée d'un millier de stupas en formes de flèches qui lui confèrent un aspect tout particulier, elle daterait du XIIème siècle. Nous déambulons au milieu des stupas, avant de redescendre vers le lac via une longue allée de colonnades occupée par des marchands de souvenirs. Robin fait beaucoup rire une commerçante en menant sa première négociation en anglais (merci Martine pour les nombres 😉)

Beaucoup, énormément de chiens errants se promènent partout. Les enfants font attention (la rage est présente en Birmanie) 

Nous terminons la journée par le monastère des chats sautant. dans le temps, les moines de ce monastère sur pilotis avaient pris l’habitude de faire sauter les chats à travers des cerceaux. Nous n'avons croisé que 2 ou 3 chats, plutôt enclins à ronronner sur les genoux qu'à faire des cabrioles !

Nous terminons notre tour sur le lac par les jardins potagers flottants et croisons un « pêcheur traditionnel pour touristes » qui prend la pose à notre passage…

Le monastère des chats sautant
Les jardins potagers s'étalent de plus en plus sur le lac, faisant la part belle au maraîchage 

LAC INLE JOUR 3

Après la grande journée d'hier, on se pose un peu. Nous profitons d'un petit déj exceptionnel à la maison Birmane (avec du beurre fait maison) et des fruits frais : c'est la saison des fraises ! Ici les clémentines ont la taille de grosses billes et sont très parfumées.

Un petit tour au marché de Nyuang Shwe

En fin de journée, nous louons des vélos et partons en direction du village sur pilotis de Maing Thauk relié à la terre par un ponton de 800 m. La balade ne s'avère pas si bucolique, l'état de la route, de la circulation et de nos vélos n'aidant pas à pédaler sereinement ! La lumière de fin de journée n'en demeure pas moins belle et nous rentrons à l'hôtel après 24km aller-retour.

Le ponton du village de  Maing Thauk 

Retour à l’hôtel avant la nuit

Trajet retour vers Mandalay

C'est parti pour 8h de minibus de Nyaung Shwe à Mandalay ! Nous quittons l’hôtel à 8h, nos sacs à dos chargés sur le toit du bus et reprenons la route vers Kalaw. Trajet assez rock'n'roll sur la première moitié où il n'y a que des lacets de montagne... Entre un chauffeur qui se prend pour Sébastien Loeb et un birman qui n'en finit pas de vomir derrière nous, on se dit que la journée va être longue... Nous finissons par arriver à Mandalay en fin de journée, fatigués, mais contents !


ON A AIME

  • Robin : les pêcheurs et le lever de soleil
  • Juliette : le petit village sur pilotis et fumer un cigare !!! (un des arrêts de la journée barque était chez un fabricant de cigares. La souriante vendeuse a fait fumer tout le monde en disant : "no danger, no nicotine" !)
  • L'atmosphère sur le lac à 6h du matin : les brumes, le calme.
  • Assister au démarrage de la journée dans ce village sur pilotis et voir les enfants partir à l'école sur leur barque

ON A MOINS AIME

  • Le côté plus touristique du circuit sur le lac
  • les bords de route jonchés de déchets plastiques


INLE EN IMAGES

5

Nous voici arrivés au terme de notre séjour au Myanmar. Nous n'en avons vu qu'une partie, mais quelle partie !

La Birmanie, c’est un (gros) coup de cœur en général, plus particulièrement le royaume de Bagan et ses milliers de temples. Nous avons été touchés par le calme et la gentillesse des Birmans et souvent émus face à des paysages et une lumière de fin de journée si particulière.

Plus globalement, on constate lors de notre première partie de tour du monde, que de ne pas pouvoir charger d'avantage nos sacs à dos nous invite à revenir à l'essentiel : dormir, se nourrir et admirer.


Et maintenant, quelques mots de Birman 😀

Pour revenir au sommaire, cliquez par ici :

pour nous suivre en Thaïlande, c'est par là :